Farfouille

zigzags en dilletante

Le doux froissement du papier électronique se fait entendre en Suisse

Emotion.

Depuis le temps que j’en entendais parler. Depuis le temps qu’on me bassinait avec ça.

Depuis le temps que j’enrage devant ces high-techies anglophones qui ont l’insigne « chance » d’être à la pointe de la technologie.

Alors, quand j’ai appris que Sony allait diffuser son nouveau reader et qu’il serait disponible en Suisse, j’ai cru devenir fou. Métamorphosé en un pur animal compulsif, j’ai sorti ma carte et, avant qu’aucun neurone  rationnel n’ait eu le temps d’intervenir en catastrophe, la commande était passée!

Mais de quoi on parle, là?

(bombant le torse, bourré de fierté à en éclater) : du SONY READER PRS 650 TOUCH EDITION (et je me retiens de crier, là….)!

Une divine image du Sony Touch Edition ^^

Le graal absolu

Toutefois, l’inévitable question (aux relents de rabat-joie) finit par s’élever :

Est-ce que ça vaut vraiment la peine de s’exciter pour ça?

Oui et non. On peut discuter 😉 . Après trois semaines d’utilisations, j’avais envie de vous faire partager mon expérience d’utilisateur, dans les billets qui vont suivre 🙂 . Idéalement (on verra s’y j’y arrive mais pourquoi pas?) ; je vais y aborder les points suivants :

1. La machine elle-même – sous l’angle expérience utilisateur

2. Une réflexion sur les ebooks et leur sources de production

3. L’écosystème impitoyable des readers et l’avenir (ou non) de ce type de produit

S’il y en a parmi vous qui lisent déjà sur des readers, je serais absolument ravi d’avoir votre avis à vous ^^ 🙂

Publicités

28 octobre 2010 Posted by | Web 2.0 3.0 4.0 .... | | Laisser un commentaire