Farfouille

zigzags en dilletante

La Suisse, c’est encore le Mésozoïque

En fait, la situation est très simple. Si vous aimez les livres électroniques, hors du pays de cocagne que constitue les Etats-Unis, les choix à dispositions se réduisent à une peau de chagrin famélique dermatologiquement éprouvée.

Vous avez la plate-forme http://www.e-readers.ch avec l’Office du livre de Fribourg (OLF) qui est un très grand acteur dans la diffusion. Chic, pourrait-on se dire. L’ennui, c’est qu’une multitude de facteurs ne rendent pas la plate forme très intéressante à utiliser : d’abord, une ergonomie limitée, avec un moteur de recherche trop statique (fait de formulaires et de listes déroulantes, qui se réinitialisent systématiquement, ce qui est énervant quand on veut tâtonner un peu). Ensuite, la masse critique de livres intéressants n’est visiblement pas atteinte. Par excès de déformation professionnelle, j’ai recherché les livres électroniques dans le domaine religieux. Et le résultat me donne ça :

Pas de quoi se pourlécher les babines (hélas)

Bon, inutile de vous crever les yeux sur cette screenshot pas très réussie, mais il n’y a à peu près aucun livre intéressant (dans un sens double : intéressant pour moi, et pour le centre de documentation où je travaille). A part, peut-être Quand le lointain se fait proche de Philippe Charru. Bref, le choix est vraiment trop maigre pour être convainquant. On sait cependant que de nombreux éditeurs entrent « gaillardement sur la pointe des pieds« , sur le marché numérique – dixit, avec le sourire en coin, un éditeur que j’ai pu écouter sur le sujet l’autre jour. Cela explique ceci : la difficile quête de l’OLF vers une masse critique qui n’est clairement pas encore atteinte.

Un autre aspect désespérant, c’est celui du prix. Le fichier Epub de Quand le lointain se fait proche coûte donc 24.40 Frs, ce qui reste considérable. Mais – pourrait-on se dire – comme internet ne connaît pas les frontières, les fournisseurs d’ebooks devraient faire attention à toute différence de prix avec ceux affichés en Euros, sinon, ce serait se tirer une balle dans le pied? Eh bien, c’est carrément une rafale. Un coup d’oeil sur le site comparatif http://www.chasse-aux-livres.fr me permet de trouver trois ebooks à 16 Euros. Et, ça fait combien 16 Euros, hein? La réponse : 21 Frs. Dès lors, pourquoi ferais-je l’effort d’aller sur une plate-forme Suisse? Ce n’est même pas l’exemple le plus extrême concernant la disparité des prix outre-Jura. Le même éditeur genevois, sourire dans l’autre coin, indique que les distributeurs de grands groupes imposent le prix de vente (sur lequel l’éditeur ne peux rien dire), et que ce sont ceux-ci qui fixent sciemment cette différence de prix. En plus, vous trouvez, vous que 20 balles pour un PDF, c’est bon marché? Bien sûr que non! Certes, c’est difficile de savoir combien coûte un ebook, ce d’autant plus que le travail d’édition ne change pas (mais se retrouve libéré des contraintes de l’impression), mais le prix légitime pourrait – j’espère – atteindre un prix plancher autour des 10 Frs, ce qui reste encore très élevé. Pour indication, aux Etats-Unis, le prix habituel se fixe autour de $9.99.

Bref, la Suisse n’est pas encore techniquement prête pour une révolution numérique qui soit équivalente à celle de l’imprimerie à Gutenberg. Espérons qu’elle ne montera pas en retard dans le train, par rapport aux autres pays européens.

Dans un autre billet, on pourra parler de la seconde principale alternative pour se fournir en Ebooks (non gratuits, il faut bien le signaler…) : il s’agit de  Payot et de son flirt avec Booken 🙂

Publicités

6 avril 2011 - Posted by | Web 2.0 3.0 4.0 ....

Aucun commentaire pour l’instant.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :